Retour
Accueil >> Questions fréquentes Retour

Questions fréquentes

  • Retrouvez sur cette page des réponses aux questions les plus fréquemment posées, telles que la signification de l'expression Baroukh Dayan Haemet, les psaumes ou téhilim que l'on lit après le décès, etc..
  • Si votre question ne figure pas ici, n'hésitez pas à nous la poser directement :
  • Par téléphone au :

    06 50 48 33 03

    Ou par WhatsApp :

    Cliquer pour envoyer un message

Que signifie Baroukh Dayan HaEmet ?
  • Nous devons dire les mots "Baroukh Dayan HaEmet" (en hébreu :בָּרוּךְ דַּיַַן הָאֱמֶת) lorsque nous apprenons une mauvaise nouvelle, c'est-à-dire un décès.
  • Ces mots signifient littéralement : « Béni soit le juge de la vérité ».
  • La Michna explique que nous devons bénir D.ieu non seulement pour le bien, mais aussi pour le mal, ou du moins ce que nous percevons comme tel.
  • D.ieu est juge, et la justice de Ses décrets s’exprime par les voies de la Nature. Sa justice est vraie par essence : elle est incontestable et irréversible.
  • En prononçant les mots Baroukh Dayan HaEmet, nous admettons que la mort n’est pas le fruit du hasard ou d’une injustice, mais bien l’expression du jugement divin, avec lequel il va falloir apprendre à vivre, malgré la douleur et parfois le déchirement.
  • C’est pourquoi les endeuillés prononcent ces mots juste avant de déchirer leur habit, et ces mots marquent l’entrée dans le deuil.
Quels Tehilim lire devant un mort ?
  • Lors d'une veillée, on lit tout le livre des Tehilim. On le lit parfois même plusieurs fois.
  • Mais si on n'a le temps que pour une partie du livre, on n'en lit qu'une partie.
  • Si vous ne savez pas lire l'hébreu, vous pouvez les lire en phonétique.
  • Si la phonétique vous paraît difficile, vous pouvez les lire dans la langue de votre choix.
  • Vous pouvez lire tous les tehilim, ou n'importe lequel, ou uniquement ceux que vous connaissez le mieux.
  • Consultez la page Tehilim pour plus d'informations.
Quelles sont les dates de visite au cimetière ?

Les endeuillés reviennent au cimetière 7 jours après l'enterrement (la fin des Chiv'a), 30 jours après l'enterrement (la fin des Chlochim), puis à la fin de l'année de deuil.

Les communautés Achkénases n'ont pas la coutume de retourner au cimetière avant la fin de l'année de deuil.

Les Sefarades vont traditionnellement au cimetière une fois par mois, pendant la première année.

Les visites au cimetière se font traditionnellement la veille de Roch Hodech.

Voici les dates pour l'année 2020/2021 :

2020 :

  • Vendredi 18/09/20
  • Vendredi 16/10/20
  • Lundi 16/11/20
  • Mardi 15/12/20.
  • 2021:

  • Veille de Roch Hodech Chevat : Mercredi 13/01/21
  • Veille de Roch Hodech Adar : Jeudi 11/02/21
  • Avant-Veille de Roch Hodech Nissan : Vendredi 12/03/21
  • Veille de Roch Hodech Sivan : Mardi 11/05/20
  • Veille de Roch Hodech Tamouz : Mercredi 09/06/21
  • Veille de Roch Hodech Av : Vendredi 09/07/21
  • Avant-Veille de Roch Hodech Elloul : Vendredi 06/08/21
  • Veille de Roch HaChana : Lundi 06/09/21
  • On ne se rend pas au cimetière les Chabbat et jours de fête, les jours de Roch Hodech, de Hanouka, Pourim, Hol HaMo'ed, tout le mois de Nissan, ainsi que du 1er au 12 Sivan (du 12 au 23 mai 2021).

    D'où viennent les lois du deuil ?
  • Pendant 7 jours après l'enterrement, l'endeuillé doit respecter un certain nombre de lois, qui peuvent paraître contraignantes au premier abord, mais dont le but est précisément d'éloigner l'endeuillé de toutes les contraintes de la vie sociale.
  • Ces traditions sont antérieures à l'époque même des Prophètes, comme on va le voir :

  • Il est écrit dans Ezechiel (24,17) :
  • הֵאָנֵ֣ק ׀ דֹּ֗ם מֵתִים֙ אֵ֣בֶל לֹֽא־תַֽעֲשֶׂ֔ה פְאֵֽרְךָ֙ חֲב֣וֹשׁ עָלֶ֔יךָ וּנְעָלֶ֖יךָ תָּשִׂ֣ים בְּרַגְלֶ֑יךָ וְלֹ֤א תַעְטֶה֙ עַל־שָׂפָ֔ם וְלֶ֥חֶם אֲנָשִׁ֖ים לֹ֥א תֹאכֵֽל׃

    "Soupire en silence, ne prends pas le deuil comme [on fait] pour des morts; attache sur toi ton turban, mets tes sandales à tes pieds. Tu ne t'envelopperas pas jusqu'aux lèvres et tu ne mangeras pas le pain des hommes."

    Dans ce verset, D.ieu ordonne à Ezéchiel de ne pas respecter les règles du deuil, et énonce ces mêmes règles.

    La Guemara (Moëd Katan, 15a) en déduit les directives suivantes :

    • "Soupire en silence" :

      L'endeuillé ne doit pas parler. Ni de banalités, ni même de Torah (d'où l'interdiction d'étudier). Il ne répond pas à ceux qui le saluent, lui demandant comment il va.
    • "Attache ton turban" (Pé'érèkha) :

      Le mot Pé'érèkha désigne les téfilines. Ezechiel reçoit l'ordre de mettre les téfilines. Cela nous apprend que les endeuillés ne mettent pas les Tefilin le premier jour du deuil.
    • "Mets tes chaussures à tes pieds" :

      Même raisonnement : Parce qu'il est expressément dit qu'Ezechiel doit chausser ses sandales (de cuir), on apprend que les endeuillés ne doivent pas porter de chaussures en cuir, depuis l'enterrement jusqu'à la fin des Chiv'a (les sept premiers jours du deuil).
    • "Tu ne t'envelopperas pas jusqu'aux lèvres" :

      Les endeuillés devaient se couvrir la tête pendant le deuil. Le Rambam (Maïmonide) et Rabbi Yossef Caro expliquent que l'écharpe ou le foulard devaient couvrir la tête et la bouche. Cet usage est tombé en désuétude.
    • "Tu ne mangeras pas le pain des autres" :

      D.ieu interdit à Ezéchiel de consommer le pain (le repas) que d'autres pourraient lui donner. Les endeuillés ont donc l'interdiction de consommer leur propre pain le jour du décès (et de l'enterrement). Ils mangent la Seoudat Havraa, apportée par des amis, des voisins, et composée d'oeufs, de pain, de lentilles. En Israël aujourd'hui, cette prise en charge des repas des endeuillés par la famille ou les proches dure toute la semaine des Chiv'a.
    L'origine de l'interdiction de laver ses vêtements

    La Guemara (Moëd Katan 15a) explique :

    אבל אסור בתכבוסת דכתיב (שמואל ב יד, ב) וישלח יואב תקועה ויקח משם אשה חכמה ויאמר אליה התאבלי נא ולבשי נא בגדי אבל ואל תסוכי שמן והיית כאשה זה ימים רבים מתאבלת על מת

    L'endeuillé ne doit pas laver ses habits, car il est écrit (II Samuel 14,2) :

    וַיֵּדַע יוֹאָב בֶּן צְרֻיָה: כִּי לֵב הַמֶּלֶךְ עַל אַבְשָׁלוֹם. וַיִּשְׁלַח יוֹאָב תְּקוֹעָה וַיִּקַּח מִשָּׁם אִשָּׁה חֲכָמָה וַיֹּאמֶר אֵלֶיהָ הִתְאַבְּלִי נָא וְלִבְשִׁי נָא בִגְדֵי אֵבֶל וְאַל תָּסוּכִי שֶׁמֶן וְהָיִית כְּאִשָּׁה זֶה יָמִים רַבִּים מִתְאַבֶּלֶת עַל מֵת.

    "Joab, fils de Cerouya, ayant remarqué que le cœur de David penchait en faveur d'Absalon, envoya chercher à Tekoa une femme avisée à laquelle il dit : "Prends, je te prie, les apparences du deuil : revêts un costume de deuil, ne te parfume pas d'huile, enfin aie l'air d'une femme qui pleure un mort depuis de longs jours."

    Pourquoi l'endeuillé doit-il déchirer son habit ?

    La Guemara (Moëd Katan 15a) explique :

    אבל חייב בקריעה דקאמר להו רחמנא לבני אהרן (ויקרא י, ו) לא תפרומו מכלל דכ"ע מיחייבי

    L'endeuillé a l'obligation de Qeri'a (déchirer l'habit), car le Saint Béni soit Il a dit aux fils d'Aaron (Lévitique 10, 6) :

    Moïse dit à Aaron, et à Eléazar et Itamar ses fils: "Ne découvrez point vos têtes et ne déchirez point vos vêtements."

    D'où l'on apprend que les endeuillés doivent le faire (Même raisonnement que pour le verset d'Ezéchiel).

    Pourquoi l'endeuillé ne doit-il pas travailler ?

    La Guemara (Moëd Katan 15a) explique :

    אבל אסור בעשיית מלאכה דכתיב (עמוס ח, י) והפכתי חגיכם לאבל מה חג אסור במלאכה אף אבל אסור במלאכה

    L'endeuillé a l'interdiction de faire un travail, car il est écrit (Amos 8,10) :

    "Je changerai vos fêtes en deuil".

    Qu'est ce qu'une fête ? La défense de travailler. Par déduction, l'endeuillé ne doit pas travailler.

    Pourquoi l'endeuillé ne doit-il pas se laver ?

    La Guemara (Moëd Katan 15b) explique :

    אבל אסור ברחיצה דכתיב (שמואל ב יד, ב) ואל תסוכי שמן ורחיצה בכלל סיכה

    L'endeuillé ne doit pas se laver, car il est écrit (II Samuel 14,2) :

    "[...]Ne te parfume pas avec de l'huile, aie l'air d'une femme qui pleure un mort depuis de longs jours."

    Et la toilette est incluse dans le fait de se parfumer.

    Car il est dit (Tehilim 109,18):

    "Elle a pénétré en son sein comme de l’eau, comme de l’huile dans ses membres" (Rachi)

    et :

    (Ruth 3,3) : "וְרָחַצְתְּ וָסַכְתְּ", "Et tu te laveras, et tu te parfumeras" (Rambam, Michne Torah, Lois du deuil, 5, §3)

    D'où vient la défense des relations intimes ?

    La même Guemara (Moëd Katan 15b) explique :

    אבל אסור בתשמיש המטה דכתיב (שמואל ב יב, כד) וינחם דוד את בת שבע אשתו ויבא אליה מכלל דמעיקרא אסור

    Les relations intimes sont défendues aux endeuillés, car il est écrit (II Samuel 12,24) :

    Après la mort de leur fils, "David réconforta sa femme Bethsabée. Il cohabita de nouveau avec elle".

    De cette précision, nous apprenons que les relations intimes sont défendues aux endeuillés (car autrement, cela n'aurait pas été précisé).

    Combien coûte un enterrement ?
    • Un enterrement en France coûte entre 3500 et 5000 euros, en moyenne. Ce prix n'inclut pas l'achat de la concession.
    • Il englobe plusieurs types de prestations dont voici les principales :
    • La toilette rituelle, ainsi que la prestation du rabbin : entre 550 et 650 euros.
    • Le cercueil (de base, avec ses accessoires): de 1000 à 1200 euros.
    • Le transfert vers une chambre funéraire, avant la mise en bière : de 200 à 400 euros.
    • Le séjour en chambre funéraire : 300 euros par jour en moyenne.
    • Le convoi funéraire (2 ou 4 porteurs, un corbillard) : de 200 à 500 euros.
    • La taxe d'inhumation : jusqu'à 500 euros dans les grandes villes.
    • La pierre tombale, non incluse dans le prix de l'enterrement, coûte entre 2500 et 6000 euros.
    • La prix de la concession varie selon la localité et la durée choisie (10, 30, 50 ans, ou perpétuelle).
    Retour